Dans la continuité du Master CEN et avec la volonté d’élargir la mise en œuvre de la pédagogie par projet à l’ensemble de l’université Paris 8 et de ses partenaires, le programme IDEFI CréaTIC a été soutenu dans le cadre d’un PIA, Projet d’Investissement d’Avenir.

Projet d’Initiative d’excellence en formations innovantes, le programme IDEFICréaTIC est coordonné par l’Université Paris 8 et compte comme principaux partenaires l’Université Paris Ouest Nanterre la Défense, les Archives nationales, le Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique et la Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord. CréaTIC s’appuie également sur des partenaires du milieu économique et culturel : le Campus Condorcet, le pôle de compétitivité en services et contenus numériques Cap Digital ainsi que Plaine Commune et l’AGEFA PME. Enfin, CréaTIC est présent dans 23 pays à travers 37 universités et centres de recherches.

En cohérence avec son acronyme, CréaTIC porte une double ambition : questionner, mettre en œuvre la création (en tant que processde production et d’apprentissage) et accorder une importance majeure au numérique dans l’enseignement, en adéquation avec le rôle central qu’il joue dans l’ensemble des activités. Il s’agit pour CréaTIC de former des étudiants capables de pro-duire de l’innovation sociale avec ces nouveaux outils : concevoir, inventer des usages et services pertinents, repenser des modèles de développement durable à la mesure des transformations en cours.

Le programme utilise des méthodes de pédagogie socio-constructiviste, par projet, en atelier-laboratoire. IDEFI CréaTIC a obtenu des résultats significatifs dans plusieurs domaines clés de sa mission de développement de pédagogie créative et innovante auprès d’étudiants de SHS et d’Arts.

Le premier fait marquant est l’augmentation notable du nombre d’ateliers laboratoires, qui a triplé en 3 ans (de 14 ateliers avec 429 étudiants en 2013 à 40 ateliers avec 1112 étudiants en 2015). Les ateliers se sont ouverts quasi systématiquement à des partenariats extérieurs (troupes de théâtre, compagnies artistiques, entreprises, collectivités territoriales). Ils ont favorisé la mobilité étudiante. Des productions interdisciplinaires innovantes ont été réalisées par les étudiants (en 2014, 113 réalisations dont des prototypes de services numériques en domotique, des dispositifs numériques pour la ville intelligente, la bibliothèque du futur, des livres augmentés, 2 spectacles, 2 performances, 1 œuvre littéraire).

Des travaux ont été primés et valorisés dans des salons et évènements nationaux et internationaux (Salon du livre de Paris, Ars Electronica à Linz). Des projets d’entreprises portés par des étudiants des universités Paris 8 et Paris 10 ont été sélectionnés pour intégrer des incubateurs de Paris & Co, 2 projets en 2014, 2 projets en 2015, des bourses leur ont été accordées.

Le deuxième fait marquant concerne le rapport à l’écosystème. IDEFI Créa-TIC est devenu progressivement le creuset d’un centre de veille, d’innovation et d’expérimentation par le numérique, pour (et avec) des structures culturelles, musées, éditeurs, incubateurs et le pôle de compétitivité Cap Digital. Ses travaux sur la mutation des métiers liés à l’arrivée du numérique, son questionne-ment sur les innovations d’usages en réalisant des études, des cahiers de veille et des prototypes avec les médias émergents en construisent les fondements.

Le troisième fait marquant concerne l’approfondissement des partenariats internationaux pour favoriser le compagnonnage des étudiants dans des clusters de la création au Canada et en Chine, et le développement du multilinguisme dans nos publications (site, livres, travaux étudiants).

Centre d’innovation et de veille
Université Paris 8
Tour Montparnasse – 5ème étage
33 avenue du Maine
75015 Paris

www.idefi-creatic.net

Nos formations sont basées sur des méthodes de pédagogie socio-constructiviste, par projet, en atelier-laboratoire, qui correspondent aux mutations des pratiques d’apprentissage des digital natives, répondent aux mutations des secteurs d’activités et anticipent les formations aux métiers en favorisant l’interdisciplinarité et la pratique de veille internationale.

Le modèle pédagogique pratiqué et plébiscité par les étudiants est résolument interdisciplinaire, numérique et hybride : il associe dans des finalités convergentes : des enseignements théoriques, technologiques, des mises à disposition de ressources en ligne, des exercices et réalisations individuelles et collectives, de la veille sectorielle internationale, des projets en relation avec des commanditaires, des rencontres avec des professionnels, des hackathons, des ateliers-laboratoires interdisciplinaires, des stages, des auto-évaluations et des évaluations collectives ouvertes aux professionnels.

Un centre de veille et d’innovation a été mis en place pour favoriser la créativité étudiante et l’émergence de productions, œuvres et services innovants.

L’originalité de nos formations repose sur l’affirmation d’une double appartenance :

– une articulation incontestable aux Sciences de l’Information et de la Communication, aux fondements théoriques du domaine,

– un ancrage structurant dans une technicité solide, « incorporée», assujettie au projet, indispensable à la création, à l’innovation mais aussi à la critique et à l’évaluation dans le champ des nouveaux médias.

Une veille technologique, éditoriale, esthétique et ergonomique sert de base aux projets soutenus par les étudiants. Elle garantit non seulement l’adéquation de la formation au contexte, mais elle permet aussi une meilleure mise en perspective des savoirs et savoir-faire à acquérir.

Il s’agit d’accompagner l’émergence de nouveaux médias d’une expérimentation constante, de les référer en continu à l’évaluation des technologies et des usages, ce qui est le propre du champ d’expertise des SIC. Les notions d’interface, de navigation, d’interactivité, de scénarisation multisupport, d’hybridation évoluent avec l’arrivée massive des terminaux mobiles, tactiles et des stratégies de communication crossmédias. Les nouveaux outils invitent à la création de nouveaux langages.

Cette dynamique pédagogique a trouvé sa source dans une formation portée par l’équipe de la chaire UNESCO ITEN et existante depuis 1996 : le DESS Hypermédia de l’université Paris 8, devenu le Master CEN (Création, Édition Numériques).

 

Le Master CEN (Création, Édition Numériques)

Le Master CEN propose une triple approche théorique, technique et créative. La première s’intéresse aux dimensions sociologique et méthodologique du secteur des SIC dans le champ spécifique des médias numériques et interac-tifs. La deuxième apporte des connaissances et des savoir-faire de type tech-nique. La troisième est centrée sur la création multi support de systèmes, dis-positifs et œuvres. Les chantiers d’élaboration et d’expérimentation portent notamment sur la pertinence sémantique des outils de l’édition et de la médiation numériques, sur la création d’œuvres multi supports et de dispositifs cognitifs. Elle s’attache à développer des méthodes et procédures d’évaluation des médias numériques, en particulier dans le domaine patrimonial, scientifique et culturel.

La formation a trois objectifs majeurs :

1. Permettre aux étudiants d’acquérir une compréhension des technologies,des marchés, des contraintes, des réalisations et des enjeux théoriques, culturels, sociaux et économiques.

2. Les inciter à développer une vision critique de l’état de l’art national et inter-national du multimédia et à assurer une veille technologique et éditoriale.

3. Les rendre capables de prendre des initiatives réfléchies dans l’exercice des divers métiers existants et émergents de l’édition de programmes multi-médias au sens large.

 

Objectifs pédagogiques

En partant de profils d’étudiants en SIC et ST, mais aussi Arts et Sciences humaines, il s’agit de former des spécialistes de haut niveau par une pédagogie des savoirs et des apprentissages débouchant sur la conception/réalisation d’un projet collaboratif conjuguant création, excellence technologique et qualité éditoriale.

 

Objectifs professionnels

Les profils de sortie, pleinement opérationnels, visent les secteurs « haut de gamme » de l’édition numérique aussi bien dans le secteur privé (studios de création, éditeurs, groupes médias, auteurs et réalisateurs indépendants) que public (services multimédias des musées, des institutions éducatives et culturelles).

 

Compétences visées

• Culture générale et théorique du domaine des médias.

• Maîtrise des outils de création et des technologies.

• Compréhension et capacités pour la scénarisation et l’écriture interactive multisupports.

• Compétences dans le domaine informatique et/ou infographique.

• Aptitude au travail de groupe et collaboratif en présentiel et via le réseau.

 

Évaluation AERES

La formation Création et Édition Numériques « est très en prise avec les réa-lités nouvelles des technologies de création numérique, ce qui fait de cette spécialité une formation de pointe en matière de création numérique. Est particulièrement remarquable la prise en considération de la création sous toutes ses dimensions, y compris sensorielles et artistiques. Points forts : L’équipe enseignante est tout à fait compétente et reconnue pour ses travaux de recherche dans la création multimédia. Forte implication des professionnels dans cette spécialité, ce qui permet un contact soutenu avec un métier en évolution permanente. »

 

Classement SMBG

Le Master CEN a été référencé sur évaluation étudiante par le Classement SMBG comme l’un des sept meilleurs masters, MS, MBA 2010 catégorie « management de l’innovation ».

 

Un Master IDEFI CréaTIC

Le Master CEN fait partie du programme IDEFI CréaTIC (Initiatives D’Excellence en Formations Innovantes) dans le cadre des Investissements d’avenir du Secrétariat Général pour l’investissement porté par le ministère de l’Enseignement supérieur et la Recherche (ANR-11-IDFI-0011).

 
Enseignants du Master CEN

De nombreux des enseignants du Master CEN sont des membres de la Chaire UNESCO ITEN.

• Responsable de formation : Ghislaine Azémard, Professeure des universités en Sciences de l’Information Communication

• Co-responsable de formation : Laure Leroy, Maître de conférence

• Enseignants chercheurs : Ghislaine Azémard, Philippe Bootz, Nasreddine Bouhaï, Laure Leroy, Samuel Szoniecky

• Enseignants professionnels :

Samuel Da Silva : Maître de conférences associé, UP8, Expert en développement numérique

Hélène Desprez : Professeure associée, UP8, Experte en direction artistique

Michel Agnola : Professeur associé, UP13, Expert en innovation technologique

John Motta : Doctorant, Expert en graphisme d’information

Renan Mouren : Post doctorant, Expert en e-médiation teritoriale

Arnaud Laborderie : Post doctorant, Expert en éditorialisation

• Et aussi : Alice Suret Canale, Clodi Dalle-Grave, Laurent Lacombe, Tony Houziaux, Rodolphe Richard…

 

La philosophie du Master CEN

1. De l’innovation, de la veille sur le secteur du numérique…
L’originalité de notre formation « Création et Édition Numériques » repose sur l’affirmation d’une double appartenance :

• une articulation incontestable aux Sciences de l’Information et de la Communication, aux fondements théoriques du domaine,

• un ancrage structurant dans une technicité solide, « incorporée », assujettie au projet, indispensable à la création, à l’innovation mais aussi à la critique et à l’évaluation dans le champ des nouveaux médias.

Une veille technologique, éditoriale, esthétique et ergonomique sert de base aux projets soutenus par les étudiants. Elle garantit non seulement l’adéquation de la formation au contexte, mais elle permet aussi une meilleure mise en perspective des savoirs et savoir-faire à acquérir.

Il s’agit d’accompagner l’émergence de nouveaux médias d’une expérimentation constante, de les référer en continu à l’évaluation des technologies et des usages, ce qui est le propre du champ d’expertise des SIC. Les notions d’inter-face, de navigation, d’interactivité, de scénarisation multisupport, d’hybridation évoluent avec l’arrivée massive des terminaux mobiles, tactiles et des stratégies de communication crossmédias. Les nouveaux outils invitent à la création de nouveaux langages.

2. Aux projets d’étudiants, des réalisations crossmédias…
Regroupés en équipes, scénaristes, concepteurs, réalisateurs vidéo, graphistes, développeurs, designers sonores, chefs de projet se confrontent et se complètent. Leurs savoir-faire s’affirment et s’articulent.

3. Jusqu’à l’insertion professionnelle.
La formation a un très bon niveau de reconnaissance et de visibilité dans le milieu professionnel ; des relations se sont tissées depuis sa création avec des grands groupes médias : Hachette, Publicis, Lagardère Active, des entreprises de la filière Image rattachées au pôle de compétitivité sur l’image et la vie numérique Cap Digital.

En partant de profils d’étudiants en SIC et ST, mais aussi Arts et Sciences humaines, il s’agit de former des praticiens d’exception par une pédagogie constructiviste des savoirs et des apprentissages débouchant sur la conception/réalisation d’un projet collaboratif conjuguant création, excellence technologique et qualité éditoriale.

Les profils de sortie, pleinement opérationnels, visent les secteurs « haut de gamme » de l’édition numérique aussi bien dans le secteur privé (agences de communication, éditeurs, réalisateurs, création d’entreprises innovantes) que public (services numériques des musées, des institutions éducatives et culturelles, des collectivités territoriales).

Des postes à responsabilités
au sein d’entreprises prestigieuses, d’agences de communication créatives, de grands groupes d’édition, de ministères, etc.

Des métiers innovants au sein de la chaîne de production numérique
Les principaux débouchés professionnels du Master CEN sont : chef de projet, directeur artistique, designer interactif, webmestre et intégrateur plurimédia, scénariste interactif, concepteur/réalisateur richmédia, gestionnaire d’e-com-munautés de production, concepteur multisupports, réalisateur nouveaux médias, consultant nouvelles technologies, créateur d’entreprise, etc.

4.Prix remportés par les étudiants CEN pour leurs projets de fin d’année
• 1998

Christophe Chenebeau crée « Citations du monde »,qui deviendra Evene.fr et sera revendu 20 millions d’euros au groupe Figaro.

• 1999

Prix de la SCAM pour le CD-Rom « Du boulier à l’intelligence artificielle »(projet de Thierry Keller ).

• 2000

Prix de la SACD pour « Mimolette »,site web éducatif pour les 3-6 ans.

Prix de la Fondation Hachette pour le roman policier interactif et génératif « Trajectoires » (projet Djeff Regottaz).

Sélection par la revue professionnelle de graphisme Étapes du « site web de la troupe de théâtre l’Atelier du Tigre »pour son hors série « Meilleurs travaux d’étudiants de l’année » (projet d’Hélène Desprez).

• 2002

Coup de cœur de la FNAC pour « Voyage de Yi », CD-Rom d’initiation à l’écriture chinoise (projet de Fabienne Giezendanner).

• 2005

Edition chez Bleu de Chine de « Lili et la calligraphie », CD-Rom d’accompagnement d’un album pour enfants.

• 2006

Prix du Web Flash Festival 2006

pour « Graphibulation », site onirique et fantaisiste avec le concours du Centre Pompidou.

• 2009

Prix Laval Virtual pour l’installation

interactive « Qui suis-je ? »(projet de Sophie Daste).

• 2010

Premier Prix Géoportail de l’Institut Géographique National (IGN) pour « Visicity »(projet de Raphaël Velt).

• 2010

Classement SMBG des meilleurs masters, MS, MBA 2010 (catégorie « management de l’innovation »).

• 2012

Présentation du projet « InfoGraphique » au Centre Pompidou dans le cadre de l’exposition Design Metadata (projet de Geoffrey Kazmierczak).

• 2013

Présentation du Master CEN à Futur en Seine, « Pitch your school ! Où se former au numérique ».

• 2015

Sélection de travaux d’étudiants pour l’événement Ars Electronica à Linz, qui se consacre à la promotion de la création numérique depuis 1979.

• 2015 et 2016

Présentation au Salon du livre de Paris de projets d’étudiants autour de la thématique du livre augmenté.

5.Ce qu’ils sont devenus…
Christophe CHENEBAULT, fondateur de evene.fr (Promotion 1998/99)

Hélène ZEMMOUR, directrice de l’interactivité chez TV5 Monde.(Promotion 2000/01)

Alban-Brice PIMPAUD, designer, ancien directeur de projets web du Ministère de la Culture. (Promotion 2000/01)

Maxime DESMET, chargé du département ePub chez Christian Dior. (Promotion 2009/10)

Emmanuel GUERRIERO et Fabien BARATI, chefs d’entreprise, fondateurs de Emissive. (Promotion 2003/04)

Dominique JENNER, responsable éditoriale Hachette. (Promotion 1998/99)

Samantha DE BIASI, directrice artistique junior chez Publicis. (Promotion 2010/11)

Stéphane PÉRÈS, chef de projet & Community manager chez Média Ventilo. (Promotion 2010/11)

Teddy FONTENEAU, directeur artistique du pôle Newsweb – Europe 1 – Paris Match chez Lagardère Active. (Promotion 2010/11)

Julie BATIN,responsable communication et marketing dans le secteur des TIC chez Aegis Consulting. (Promotion 1999/00)

Laurianne BARBIER, responsable éditoriale chez Voyages-sncf.com. (Promotion 2004/05)

Arnaud COLINART,critique pour Arte.tv, journaliste web chez Metropolis. (Promotion 2005/06)

Fabienne GIEZENDANNER, auteur & scénariste numérique. (Promotion 2001/02)

Denis MARCO, infographiste animateur 3D chez BUF. (Promotion 2008/09 en partenariat avec l’ILOI Institut de L’image de l’Océan Indien, île de la Réunion)

Raphaël VELT, chargé de développement et de conception à l’IRI. (Promotion 2010/11)

Julien CAPONE, Nicolas Gommez, Prix de la « Jeune création d’entreprise » avec l’incubateur Paris & Co pour leur projet étudiant GRIZZ (textile connecté). (Promotion 2014/15)

Christina LUMINEAU, Co-fondatrice de la maison d’édition Laplikili, qui a remporté un vif succès avec sa campagne de crowdfunding sur Ulule. (Promotion 2015/16)

La découverte de l’humanisme numérique est double. C’est d’abord la découverte du calcul comme puissance sociale, modifiant notre culture et notre héritage des trois premiers humanismes, par le biais de la numérisation. Et c’est, du même coup, la découverte des modifications qui affectent l’humain en tant que tel.

Open a choisi l’inverse: “L’humain devrait être celui qui affecte la technologie et non le contraire”. Ce fut l’objectif premier de ce projet: Créer une application dont l’expérience utilisateur façonne la technologie, où le comportement naturel humain est simulé parfaitement par le numérique.

KOLA est une application de messagerie et un réseau social qui émule les comportements sociaux humains au détail près à travers des fonctionnalités qui s’adaptent à l’utilisateur et non plus l’inverse. Plus design, plus dynamique, plus personnel, plus interactif, plus social et surtout plus humain que jamais, avec des fonctionnalités “plus humaines”.