Laradioactivite.com est le fruit de la rencontre entre deux savoirs : celui de physiciens nucléaires et celui de chercheurs sur le numérique. Il explore le thème de la radioactivité et de ses multiples aspects en offrant un éventail complet de médias (animations, vidéos, images…). Plusieurs moyens de navigation permettent une exploration aisée de l’ensemble des informations de plus de 400 pages. Un glossaire (plus d’une cinquantaine d’articles) offre la possibilité à l’utilisateur d’approfondir les notions fondamentales.

Une référence scientifique
Bien qu’elle soit naturelle et intervienne dans notre vie quotidienne, la radioactivité demeure un phénomène redouté, souvent mal connu. Les bénéfices de ses nombreuses applications, comme dans le domaine médical, sont occultés par les craintes qu’inspirent l’énergie nucléaire ou encore les déchets radioactifs. Ces dernières sont-elles légitimes ? Que proposent ingénieurs et scientifiques ? Les auteurs, dont la plupart sont des physiciens du CNRS, cherchent à répondre à ces questions.

Un mode de publication innovant
Ce site est le résultat de la coopération entre chercheurs d’horizons différents. L’objectif central de la réalisation porte sur la création d’un outil de publication et de mise à jour intuitif. Le mode de publication des pages assure la portabilité sur différents supports.

L’interface de création des pages est graphique ; l’accent a été mis sur l’ergonomie (utilisation du « glisser/déposer », prévisualisation des images, etc.).
À chacune des pages ainsi créées correspond un document xml assurant ainsi la pérennité du contenu numérisé et ouvrant également au multilinguisme. La gestion de la structure du site a également été conçue pour être intuitive. Il s’agit de disposer les pages les unes par rapport aux autres dans un environnement visuel, afin de créer l’arborescence du site complet. Son élément clé repose sur la réorganisation dynamique non seulement de la mise en page mais aussi de l’arborescence elle-même qui amorce le développement d’un nouveau type de web syntaxique.

Laradioactivite.com a reçu, dans le cadre de l’appel d’offre « Création de produits de médiation scientifique en libre accès sur internet », le soutien du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

 

 

Le projet « Ma classe 3.0 » a été retenu dans l’appel à projets e-Éducation « Services et contenus numériques innovants pour les apprentissages fondamentaux à l’école » du ministère de l’Éducation Nationale, qui s’inscrit dans le Programme investissements d’avenir dédié au déploiement expérimental de technologies et services numériques dans le champ éducatif.

La plateforme « Ma classe 3.0 » vise à fournir aux enseignants des parcours pédagogiques Hatier, adaptés aux niveaux des élèves et des enseignements, à dispenser en mathématiques, anglais et français. Cet outil, qui n’est pas substitutif à l’enseignant, est conçu pour permettre l’attribution d’exercices adaptés au niveau de chaque élève. Il est programmé pour fournir à l’enseignant des outils de suivi de ses élèves permettant une évaluation de leur progression et une adaptation des parcours à leur avancée. L’enseignant peut suivre de manière individualisée les élèves et se rendre disponible pendant son cours pour répondre aux besoins spécifiques de chaque élève pendant que les autres se perfectionnent sur la plateforme.

La valeur ajoutée de ce logiciel pour l’élève, par rapport à un mode d’enseignement sans médiation numérique, se construit autour de trois fonctionnalités : l’apprentissage/exercice tutoré avec un avatar, l’ancrage mémoriel par « gamification », le parcours adaptatif et les outils d’auto-évaluation améliorant le niveau d’engagement des élèves.

L’objectif : construire et mener une expérimentation autour d’une plateforme d’apprentissage auprès des enseignants et des élèves de CM1 dans les matières français, mathématiques et anglais en classe et en autonomie (en dehors de l’école) sur les différents terminaux disponibles (ordinateurs, tablettes, etc.).

Points forts du projet :
• Ma Classe 3.0 assiste le professeur, l’élève et les parents en proposant des parcours pédagogiques personnalisés pour chaque élève et en favorisant la consolidation des acquis par une proposition calculée et automatique d’exercices de révisions.
• Construire des contenus éducatifs interactifs et les séquencer en fonction de leur visée pédagogique dans des parcours d’apprentissage, qui peuvent être ajustés par les enseignants et qui s’adaptent aux succès et difficultés des élèves.
• Cette plateforme, ouverte et collaborative, repose sur l’utilisation notamment de la vidéo comme support de cours.
• Des badges et des mini-jeux apportent une couche de gamification permettant d’encourager les élèves selon leur activité.
• Un avatar interagit avec l’élève pour motiver sa progression dans l’acquisition des connaissances. Il est animé émotionnellement en fonction de la progression de l’élève et des objectifs de motivation définis par la plate-forme.

Partenaires du projet :
Gutenberg Technology, Hatier, Domoscio, Mines-Télécom

 

Le projet « Cybercartable » est constitué de modules didactiques d’enseignement général, destinés à des élèves de CAP et réalisés pour la DESCO et la CGPME.

Des ressources numériques destinées à fournir un dispositif d’accompagnement pédagogique multimédia aux programmes généraux en vue de l’obtention de diplômes de l’enseignement professionnel ont été créées dans le cadre de la convention générale de coopération entre le ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et la confédération générale des petites et moyennes entreprises (CGPME).

L’outil multimédia se compose de situations pédagogiques dans les disciplines suivantes : français, mathématiques, arts appliqués et cultures artistiques, langue vivante. Ces situations sont de nature variée et répondent aux recommandations pédagogiques des référentiels de chaque discipline (programme arrêté le 8 juillet 2003, hors-série numéro 4 du 24 juillet 2003).

Cet outil a été élaboré avec le concours d’enseignants d’établissements publics, privés et de formateurs de CFA, de corps d’inspection, de professeurs d’université, de tuteurs et maîtres d’apprentissage et d’inspecteurs de l’éducation Nationale.

Les ressources numériques concernent les jeunes qui entrent en formation de CAP chaque année sous statut scolaire, en apprentissage, ou toute personne qui souhaite accéder au CAP ainsi que la communauté éducative responsable de la formation.

Cybercartable a pour objectif de participer à l’acquisition des compétences d’enseignement général du CAP et à la préparation du brevet informatique et internet (B2I), en utilisant les Technologies de l’Information et de la Communication (TIC).

« Cybercartable » a pour vocation de permettre :
• D’évaluer des connaissances et des compétences des publics concernés,
• D’effectuer une remise à niveau, si nécessaire,
• D’apprendre et de maîtriser des connaissances et des compétences requises par les référentiels des programmes d’enseignement général du CAP,
• D’approfondir ces connaissances et compétences,
• D’utiliser les technologies de l’information et de la communication.

 

« Cybercartable » a reçu le soutien de l’AGEFA PME et de la DESCO (ministère de l’Education Nationale).

L’éventail des métiers est un outil proposant de nouvelles modalités de transmission par le numérique pour une implémentation des procédures interactives dans les processus pédagogiques. Il présente une restitution des gestuelles professionnelles et une familiarisation aux apprentissages : immersion virtuelle, simulation, expérimentation pédagogique et ce à travers plusieurs modules.

Ces modules sont des créations numériques en 3D temps réel sur la transmission des savoir-faire et des métiers pour contribuer à l’orientation professionnelle des élèves. Elles ont été réalisées pour la DESCO et la CGPME.

Les huit modules (bronzier, ébéniste d’art, carrossier, garagiste, chocolatier, fromager, prototypiste et facteur de saxophone) ont pour but de transformer l’apprentissage en activité ludique, d’éveiller la curiosité et l’esprit critique. Ils permettent de découvrir les métiers d’art et de sensibiliser les jeunes à ces formations, ainsi que d’exploiter et d’évaluer une partie des paramètres indispensables aux nouvelles modalités de transmission pédagogique.

Les médias sont présentés dans un « gabarit de collection » qui comporte :
• Un espace d’accueil en 3D qui plonge le jeune dans l’univers d’un métier,
• Une expérimentation 3D avec vidéo intégrée, au sein de laquelle le jeune s’essaye à reproduire les gestes de l’artisan,
• Des témoignages d’enseignants, de jeunes apprentis et de professionnels qui abordent la passion du métier, ses contraintes, sa réalité,
• Une fiche pratique sur le métier, qui reprend la description du métier, les qualités nécessaires à son exercice, un schéma des formations existantes et les grandes lignes de perspectives de carrière.

La plus-value pédagogique repose sur trois axes principaux :
• La synchronisation d’une vidéo démonstrative à l’interactivité d’imitation, grâce au logiciel de 3D Temps réel (Virtools),
• Le renseignement sur les conditions d’accès à la formation et à la profession,
• La virtualisation d’une première expérience professionnelle.

 

« L’éventail des métiers » a reçu le soutien de l’AGEFA PME et de la DESCO (ministère de l’éducation Nationale).

 

Dans le cadre de ses recherches sur la e-médiation culturelle, le programme de recherche LEDEN (Université Paris 8 / MSH Paris Nord) a signé en 2003 un accord cadre avec le ministère de la Culture et de la Communication, et travaille notamment sur une plateforme documentaire de valorisation des dispositifs numériques culturels innovants : « Le numérique pour le patrimoine ».

Cette plateforme a pour vocation de donner à voir et à comprendre des pratiques innovantes de médiation numérique dans les lieux culturels et scientifiques. À partir d’entretiens vidéos, réalisés auprès de différents acteurs impliqués dans la conception, la réalisation, la mise en place de dispositifs numériques et la présentation interactive de ces dispositifs, le programme LEDEN a constitué une base de données à destination de professionnels et de chercheurs, et plus largement accessible au grand public.

L’accès à ces séquences vidéo peut se faire de deux manières différentes : soit par lieux (Arc de Triomphe, abbaye de Cluny, château de Versailles, musée de Fourvière…), soit par thématiques (scénarisation du parcours, mobilité, visite personnalisée, etc.).

La plateforme « Le numérique pour le patrimoine » est accessible depuis le portail Culture Labs. http://culturelabs.culture.fr/

Pour le consulter directement, cliquez ici.

La plateforme « Le numérique pour le patrimoine » a reçu le soutien financier du Ministère de la Culture et de la Communication.

Lancée à l’occasion des 100 ans du second prix Nobel de Marie Curie, prix Nobel de chimie, et présentée à Mme Hélène Langevin, petite-fille de Marie Curie, à l’institut Pierre et Marie Curie en 2011. Application destinée au grand public, elle reprend en partie les contenus déjà disponibles et validés sur le site web réalisé par le programme de recherche LEDEN : mariecurie.science.gouv.fr

L’idée est de faire connaître la vie de Marie Curie, d’aller au-delà en parlant du contexte historique de l’époque, des découvertes scientifiques, mais aussi de présenter des portraits de femmes qui ont marqué l’histoire des sciences et une chronologie sur les droits des femmes.

Conception & Réalisation : Nicolas Amendola, Lazhar Barkaoui, Fatiha El Mouktafi, Baptiste Gimonnet, Clément Larrivé, Stéphane Pérès, Raphaël Velt.

Master CEN – Université Paris 8
Promotion 2011

 

1. Modélisation, normes et standards

Les normes et standards peuvent être considérés comme un champ académique actuellement en jachère. C’est pourtant un socle indispensable pour toute édition, traitement et médiation numériques. Les normes et standards conditionnent l’interconnexion de l’univers technique. En tant qu’outil d’interprétation et modélisation, ils véhiculent des valeurs et représentent un enjeu important pour la gouvernance numérique globalisée.

2. Éditorialisation et e-médiation

L’univers techno-numérique actuel se caractérise par sa convergence et l’universalité normative inter-opérable de ses modèles (en fait ses frameworks, cadres d’édition et de médiation). Chaque thématique (culture, territoire, pédagogie, sciences, livre augmenté) correspond à des habitus et présentent des degrés d’implication techno-numérique divers chez les professionnels et les usagers. Au sein de la chaire UNESCO ITEN, enseignants-chercheurs, étudiants, partenaires publics et privés, professionnels mutualisent leurs expériences en confrontant leurs corpus et leurs concepts pour la conception et la création de prototypes innovants.

3. Interfaces & objets intelligents

En 1982 dans Faces, surfaces, interfaces,François Dagognet s’inquiétait de ce que « l’administration des choses » ne prenne l’avantage sur « le gouvernement des hommes ». Allions-nous alors abandonner la ré-flexion sur ce qui permet de saisir le réel, le manipuler et le transformer ? Trois décennies plus tard, le chantier théorique sur les interfaces et les objets intelligents est bien de cet ordre. Nous sommes confrontés aux enjeux techno-numériques, ergonomiques, au design de l’accès, à nos désirs légitimes de laisser certains modèles statistiques devancer nos choix ou décisions complexes. Nous devons explorer sans rien lâcher d’un in-dispensable humanisme.

4. Humanisme numérique

Les humanités numériques font référence à l’étude, sous-tendue par la numérisation de la recherche en SHS, Art, Lettres. L’humanisme numérique en est la facette éthique.

La plateforme d’expérimentation Culture Labs a été réalisée par le programme de recherche LEDEN à la demande du DREST du ministère de la Culture et de la Communication, dans un objectif de valorisation des différents projets lauréats des appels d’offre « services numériques culturels innovants ».

Le ministère soutient « l’innovation numérique pour développer des usages culturels numériques innovants, tout en s’appuyant sur des contenus numérisés disponibles ». Les appels à projets « services numériques culturels innovants » ont permis d’impulser les initiatives culturelles numériques en favorisant les partenariats entre les institutions publiques, privées et la recherche, d’identifier les expérimentations grand public innovantes, s’appuyant sur de nouvelles technologies innovantes mais aussi sur les usages et les pratiques de tous les publics.

Chaque appel d’offre précise des orientations particulières en termes de développement des initiatives technologiques ou des usages à valoriser ainsi que des thématiques entrant dans les grands objectifs du ministère telles que l’éducation artistique et culturelle (EAC), l’accessibilité, le tourisme, la jeunesse, l’édition, la création contemporaine, les pratiques amateurs…

L’analyse de ce corpus très hétérogène a permis d’acquérir un point vue général non seulement sur l’ensemble de l’évolution des dispositifs numériques au service de la valorisation culturelle et patrimoniale et de leurs usages, mais aussi sur les points de blocages qui peuvent dans certains cas s’avérer récurrents dans le déploiement de ce type de projets.

Les 120 projets lauréats des deux premiers appels d’offre sont présentés sur la plateforme Culture Labs selon sept catégories : archives, audiovisuel, éducation, livre lecture, musées/expositions/œuvres, patrimoine, spectacle. Chaque fiche est composée d’un descriptif de l’expérimentation numérique, de son contexte de déploiement (lieu, partenariat, type de technologie utilisée…) et d’illustrations du projet. Par ailleurs, la plateforme donne à voir la répartition géographique des projets lauréats, afin notamment de mettre en lumière la volonté de décentralisation voulue par le ministère de la Culture et de la Communication. Enfin, un annuaire des partenaires publics/privés associés à la réalisation des projets donne une vision de l’articulation des différents partenaires et met en avant l’importance de la co-construction et de l’association des diverses compétences (entreprises, laboratoires de recherche, institutions culturelles).

Points forts du projet :

• Valorisation des services numériques culturels innovants et diffusion des bonnes pratiques.

• Représentation cartographique des initiatives culturelles numériques en France.

• Annuaire des partenaires publics/privés associés à la réalisation des projets.

Dans le cadre de son partenariat avec Sisygambis, la chaire UNESCO ITEN accompagne l’artiste Christine Coulange et son équipe dans sa réflexion autour de la conservation, de l’archivage pérenne et de la valorisation culturelle par le numérique de son immense travail de création regroupant des milliers de photographies et plusieurs centaines de vidéos artistiques et ethnographiques, issues de leur voyage de la Méditerranée à l’océan Indien. « Sentir le cœur des hommes et l’esprit des lieux. »

La chaire UNESCO ITEN veille à souligner l’importance du respect des normes internationales en matière d’indexation de données (photographiques, sonores et vidéos), mais interroge aussi la possibilité d’un enrichissement des contenus par la communauté et leur accessibilité via le multilinguisme. Elle apporte en particulier son expertise sur la médiation culturelle par le numérique. Ce partenariat s’enrichit mutuellement au cours de projets menés conjointement.

Par exemple, lors de l’accompagnement à la création d’une plateforme webdocumentaire avec l’Institut du Monde Arabe :

« Ce webdocumentaire évolutif et multilingue vous embarque dans un voyage immersif : images sonores de ports contemporains où se mêlent les temps, les cultures et les langues. À travers les marchés, les récoltes marines, les modes de navigation, les échanges marchands mais aussi spirituels, on lit toute une his-toire : celle de l’espace, du paysage et des actions quotidiennes, celle du commerce des esprits autant que des denrées. Gestes et regards de transit, de convivialité, de coexistence dont Sisygambis suit la piste avec l’aide d’artistes, ethnologues, historiens, et de multiples spécialistes. Au cours des siècles, les Arabes furent très influents sur ce parcours. C’est pourquoi l’Institut du Monde Arabe s’est associé à Christine Coulange – Sisygambis pour restituer à travers ce webdocumentaire, une vision respectueuse des peuples, de leurs racines et de leurs présents mais aussi une vision expérimentale : les images et les sons recueillis sont mixés en interaction avec les compositions musicales de Sisygambis.»

Extrait de http://les-ports.sisygambis.webdoc.imarabe.org

Le design des interfaces est inspiré de la charte graphique créée par des étudiants du Master CEN lors de leur projet autour de Sisygambis.

Points forts du projet :

• Montrer la diversité culturelle du monde des Suds.

• Structurer les séquences vidéos et photographiques autour du voyage de Sisygambis au sein d’une plateforme évolutive.

• Pérennité, interropérabilité et accessibilité des contenus.

 

Le projet « Territoire(s) » est un système d’information interactif multisupports. Il propose une nouvelle approche de l’identité territoriale, expérimentée sur un territoire singulier, la Seine-Saint-Denis. Le programme de recherche LEDEN, en association avec ses partenaires territoriaux, institutionnels et privés, a entamé l’élaboration d’un outil de valorisation et de développement territorial basé sur l’exploitation ciblée des Techniques d’Information et de Communication. Ce projet est précurseur dans le mode de mise à disposition des données auprès des partenaires des secteurs publics et privés.

Les contenus recueillis ou créés sont organisés selon 7 rubriques : s’implanter, vivre, connaître, chronologie, 3D, médiacartes, dossiers. Trois dimensions sous-tendent l’image de cette réalisation : la diversité, le mouvement, la véracité des données. L’interactivité et l’animation apportent une valeur ajoutée dans la transmission des informations. La dimension contributive du site s’inscrit dans la vision la plus contemporaine des usages d’internet et participera à alimenter la base de données.

Homologique à la structure apparente du site, la conception de l’outil de gestion et d’administration du site a recherché un confort d’accès. La similitude visuelle des fonctionnalités (front et back office) a été privilégiée pour renforcer l’appropriation de l’outil. L’outil permet la gestion, l’administration et la modification du contenu des différents médias. L’utilisateur peut créer et modifier des galeries de vidéos et photos, des pages multisupports PDF. Il peut éditer les images ou les vidéos : ajouter titres, commentaires, copyrights, générer automatiquement du XML, mais aussi ajouter, supprimer et réorganiser les vignettes de la page d’accueil.

Ce que permet cet outil :

• Représenter de manière visuelle des données complexes

• Valoriser un territoire à l’aide de parcours utilisateurs variés

• Consulter les archives photographiques et vidéographiques d’un territoire

• Administrer les divers médias et gérer les cartes interactives par l’intermédiaire d’un back office fonctionnel

• L’adaptation à de multiples besoins, recouvrant les domaines de l’économie, de la culture, du tourisme et du social.

« Territoire(s) » a reçu le soutien du Conseil général de la Seine-Saint-Denis. Il s’inscrit dans les actions innovatrices de FEDER, démarche relayée par le Conseil régional d’Ile-de-France PRAI (Programme Régional d’Actions Innovatrices).